Interview Metalize-It
14th Jul. 2007

Well, vu qu’Ethernity est encore un jeune groupe, il serait préférable de débuter par la question traditionnelle de présentation. Alors quid ?

Nous sommes un groupe de Power Metal Mélodique originaire de la région de Namur. Le groupe a été créé en 2000. Au départ, nous étions une bande de pote qui ont décidé de vouloir jouer de la musique et monter un groupe. A cette époque, nous avions tous entre 11 et 15 ans!!! Nous avons donc tous acheté des instruments sans trop savoir ce que ça allait donner vu que personne n’avait jamais joué! Nous étions tous fan de Heavy Metal et donc nous nous sommes mis d’accord pour suivre cette direction musicale. Le groupe a finalement pris le nom de Ethernity et après quelques années de recherches pour trouver quelqu’un pour chanter, nous sommes entrés en studio pour notre première démo « All Over The Nations ». Il nous a fallu 5 ans avant de sortir quelque chose mais il a bien fallu apprendre à jouer un minimum! Un an après, nous étions de retour au studio pour enregistrer notre album « The Journey ». Cet album est sorti en décembre 2006. Début 2007, Greg est entré dans le groupe en temps que guitariste solo et nous voilà maintenant.

Ceux qui vous ont vus lors du concert de la Section Metal l’auront remarqué, vous êtes encore tous très jeune, la chanteuse a à peine 17 ans. Cependant, la technique musicale est déjà bien présente et les morceaux assez techniques. Quel a été votre parcours musical ?

Notre parcours n’est pas très long, ça fait plus ou moins 7 ans que nous faisons de la musique. Pour la plus part des membres du groupe, Ethernity n’a jamais été que leur seule et unique formation. Julien (claviers), Nicolas (batterie), François (basse) et Julie (chant) ont suivi tout les 4 des cours à la Rock’s Cool, une école orienté rock à Namur, pendant plusieurs années. Thomas quand à lui, à suivi une formation classique pendant 10 ans lorsqu’il était plus jeune. Greg, lui, à suivi des cours particuliers de guitare et jouait dans un groupe de Hardcore/Death avant de nous rejoindre. Pour les 3 Spreutels (Nicolas, Julien et François), le Metal à toujours fait partie de leur vie étant donné que leurs pères font partie depuis plus d’une trentaines d’années d’un groupe de Heavy Metal. C’est sans doute une des raisons qui leur a donné envie de faire de la musique. Depuis leur enfance, ils ont toujours été baigné là dedans. De plus, nous sommes tous passionnés de musique et de Metal en particulier donc il y a aussi beaucoup d’investissement et recherches personnelles derrière.

Sur la galette que vous avez sortie fin 2006, Greg n’est pas encore présent. D’après ce que j’ai pu voir et entendre lors de ce concert, il apporte un réel plus au niveau des lignes de guitare en tant que soliste. Comment s’est déroulée son intégration dans le groupe ?

Oui c’est vrai. Nous l’avions déjà rencontré quelques années plus tôt. Début 2007, nous avons décidé de nous séparer de Steve, notre ancien guitariste, pour des raisons d’investissement dans le groupe. Le fossé qui se creusait entre nos désirs musicaux, notre envie de progresser et son intérêt pour ce que nous faisions se faisait de plus en plus grand. Nous avions déjà quelques contacts avec des guitaristes potentiels pour Ethernity. Parmi eux, il y avait Greg, avec qui nous avions gardé contact par internet. Nous lui avons donc demandé de venir faire un test et après une demi heure, nous étions tous d’accord pour lui donner le job. Greg est un très bon musicien et il a apporté pas mal de choses à notre musique et aux nouvelles compositions. Nous nous donnons beaucoup moins de limites depuis son arrivée. On a eu de la chance de tomber sur le bon du premier coup! Il a eu à peine quelques répétitions avant de faire son 1er concert avec nous au CP-CR à Liège et il s’en est très bien sorti! On est tous très content qu’il fasse partie de Ethernity et il est à présent très bien intégré au groupe aussi bien en temps que guitariste qu’en temps que nouvel ami.

J’ai lu également que vous alliez participer à une compétition pour le prochain MFVF au mois d’octobre au côté de Sad Siberia et autres. Que peux-tu nous dire à ce sujet ?

En fait à la base, nous nous étions inscrit au Metal Female Voices Festival mais il n’y avait déjà plus de place pour nous. Lorsque nous avons eu l’écho qu’il y allait avoir un warm up show avec Seraphim en headliner, nous nous sommes proposés. C’est seulement après, que le concert s’est annoncé en fait comme en tremplin pour l’édition 2008 du MFVF. Cela se passera comme un système de vote d’un jury et du public. On se croirait à la Star Ac’ ! Non sérieusement, on espère que tout se passera bien pour nous et on est super content de jouer avec nos amis de Sad Siberia et ça dans une bonne salle avec de bonnes conditions. Si on est repris, ça sera encore mieux de jouer en 2008 avec de gros noms. Sinon, on sera content quand même. Le principal c’est de jouer et de s’amuser !

En gros, peux-tu décrire la musique d’Ethernity, ses influences principales, ses idées ?

Nous jouons du Power Metal Melodique. Pour nous le principal est la mélodie ensuite vient la technique. Nous utilisons pas mal d’éléments symphoniques. Nous voyageons entre le speed, le heavy metal, le hard fm, etc. Nous avons autant de chansons rapides que de mid-tempo ou ballades. Nous nous efforçons à ce que le chant soit mis en évidence et à ne pas l’écraser contrairement à beaucoup de groupes du style. Nous ne sommes absolument pas fan de voix lyriques, d’où notre choix pour Julie. Pour ce qui est des textes, on essaye de ne pas tomber dans le cliché des épées et des dragons. On parle plus de faits de sociétés, de la mort, de l’amour, de la peur, de racisme, de la guerre… On peut dire qu’il y a deux ères dans les compositions du groupe. La première étant celle qui figure sur notre premier album. Les morceaux sont très mélodiques et tournent beaucoup autour des claviers. La seconde est celle que nous préparons pour l’instant. Avec l’arrivée de Greg, les guitares reviennent en force et nous montrons une facette plus sombre du groupe avec des rythmiques plus lourdes, des ambiances plus dark et un coté un peu plus technique. Le chant sera également plus agressif. Sinon on peut dire que nous sommes fort influencés par la scène scandinave et par les grands noms du style du moment : Stratovarius, Sonata Arctica, Thunderstone, Yngwie Malmsteen, Edguy, Evergrey, Masterplan, Helloween, Symphony X, Adagio et encore des tonnes d’autres.

Actuellement, vous avez produit un premier album intitulé « The Journey ». Peux-tu nous parler de l’enregistrement studio ? Avez-vous déjà en vue la production du second album ?

Nous sommes allé au GMT Studio à Dave, dans la région de Namur. Nous étions déjà allé là bas pour notre démo et nous étions devenus amis avec ces gars là. Pour un petit studio, ils bossent vraiment bien. Pour l’album, le processus a été assez long. Le tout s’est étalé sur presque 7 mois. Nous avons fait ça vraiment à notre aise en se permettant de bien repenser à ce qu’on avait enregistré entre chaque sessions. Nous avons commencé la batterie en avril 2006. Ensuite on a directement enregistré le reste des instruments dans notre petit home studio. On a suite répété plusieurs mois pour finaliser les mélodies de chant et écrire les textes. De plus avec les études de chacun on ne savait travailler dessus que les week-ends. Pendant l’été 2006, nous avons passé plusieurs semaines sur le chant et les chœurs. Les gars du studio, eux-même musiciens, ont même chanté dans les backings. Ensuite beaucoup d’essais de mixages différents et on s’est laissé le temps de bien écouter toutes les versions avant de finaliser. Evidement, maintenant en réécoutant, on se rend compte de certaines erreurs que l’on ne commettra plus à l’avenir. C’est le manque d’expérience… C’est loin d’être parfait mais pour un groupe avec peu de moyen, le résultat n’est pas trop mal. De cette session studio, on en retire beaucoup pour réaliser d’autant mieux le prochain album. Pour l’instant on doit avoir 8 nouveaux morceaux de finis. On a rassemblé des idées pour +/- 15 chansons. Il y aura probablement un Ep avant l’album de façon à ce que toutes les compos soient sur cd. Comme on l’a fait avec « All Over The Nations » et « The Journey ». Les pré-productions ont un peu commencé. On espère pouvoir commencer les enregistrements avant la fin de l’année mais rien n’est sûr.

En général, quelles ont été les réactions du public lors de vos derniers concerts ?

Géniales! Les gens sont de plus en plus réceptifs depuis le nouveau lineup. En mélangeant anciennes et nouvelles compos sur scène, on obtient un set plus varié qui montre plus de facettes du groupe. A Liège par exemple, nous avons vendu beaucoup d’albums et signé beaucoup d’autographes après le show. Ca fait plaisir et ça fait un peu rêver par la même occasion! Sinon en général, même depuis le tout début, le public apprécie notre musique et on a toujours été bien reçu. Ca fait plaisir de voir que ce que l’on a passé du temps à travailler porte ses fruits petit à petit. Une fois en arrivant sur place du concert, des gens chantaient les refrains de nos chansons, ça nous a fait marrer! Pour ceux qui nous suivent depuis nos débuts, on reçoit beaucoup de compliments sur l’évolution et la tournure que prend Ethernity. Parfois un concert en amène un autre, c’est toujours un bon moyen d’avoir des contacts.

Dans un grand délire mégalomane, comment vois-tu le futur du combo ?

Pour le plus réalisable, peut-être notre prochain album avec un petit (ou plus gros) label derrière. Que notre disque soit dans les bacs partout dans le monde ça serait déjà fantastique! Maintenant est-ce qu’on deviendra un jour un groupe pro? On ne fait pas de plan et surtout on réfléchi beaucoup pour ne pas se lancer tête baissée dans quelque chose que l’on pourrait regretter. Seul l’avenir nous le dira. On ne se prend pas la tête, on joue avant tout pour s’amuser et faire la musique qu’on aime, tant mieux si ça plaît. On ne tombera jamais dans un engrenage de marketing par rapport à ce qu’on se compose.

On touche à la fin de cette interview, quelque chose à ajouter ?

Venez nous soutenir au Warm Up show pour qu’on ait le plus de voix possible et achetez tout nos cd! Non sérieusement, on remercie ceux qui nous soutiennent tant qu’en venant nous voir en concert qu’en achetant nos disques, c’est ça qui nous permet de pouvoir retourner en studio et de continuer. Sinon merci pour cette interview et pour votre accueil lors de notre passage à Liège, c’était vraiment une bonne soirée! Rock The World!